L’aile nord

Sur le mur Est

  • Petit panneau sculpté, peint, XVIIème (?) représentant la crucifixion du Christ, avec Marie et Jean au pied de la Croix.

« Jésus, voyant sa mère, et auprès d’elle le disciple qu’il aimait, dit à sa mère : Femme, voilà ton fils. Puis il dit au disciple : voilà ta mère. Et, dès ce moment, le disciple la prit chez lui ».

Image tirée de l’évangile de Jean Ch19-V26-27  
  • Statue de Saint Joseph ou saint Christophe, portant l’enfant Jésus dans les bras, à gauche du panneau.
  • Saint Yves, en breton Erwan, incontournable saint local que les trégorrois vénèrent. (1253-1303), à droite du panneau.

Sur le mur Ouest

Tableau de Marie et Joseph dans une nativité aux pieds de la Croix

Tableau de Marie et Joseph dans une nativité aux pieds de la croix

Groupe de Marie et Joseph, recueillis auprès de l’Enfant, aux pieds de la croix diaphane, Jésus crucifié : tableau bleu, paradoxal, tant dans ses formes que dans ses couleurs. Il ne laisse pas indifférent.

Vierge à l’Enfant

Voir détails ici.

Publié le
Catégorisé comme L'aile nord

La Vierge à l’Enfant

L’image de la Vierge n’est pas une simple image, par ex., le choix du trône est un signe de stabilité.

« Notre Dame de Bon Secours. Elle était bleue. Au mois de mai, ma grand-mère mettait plein de fleurs. Elle avait disparu, je l’ai dit aux gendarmes…Elle est réapparue, comme ça, dorée… ce n’était pas sa couleur. »

Témoignage d’Alice Grall

Classée au titre des Monuments Historiques (arrêté du 31 décembre 1971) comme « Vierge à l’Enfant, bois polychrome du 15ème Siècle » elle est revenue dorée après une scandaleuse restauration en 1974 à Vannes.

C’est un affaire à suivre : une étude de polychromie a été réalisée en 2016 afin de savoir si un retour à une polychromie sous-jacente serait envisageable. Cette étude a permis de mettre en évidence l’existence de niveaux colorés sous-jacents. Cependant ils se sont révélés très lacunaires, puisque près de 60% de la surface initiale des décors polychromes sous-jacents seraient perdus sur l’œuvre. Au regard de ces éléments, les Affaires culturelles ont décidé de préconiser une simple atténuation des brillances des ors.

Énigme que fait une statue modèle 14, 15ème dans une chapelle du 17ème ? Peut-être était-elle déjà présente dans l’ancien oratoire ?